VOYAGE DANS MON ASSIETTE

VOYAGE DANS MON ASSIETTE: reportage de Maëlle Mège, Lucie Gryson et Alba Morón Lycée Victor Hugo

En tant qu’étudiants demi-pensionnaires, nous nous sommes déjà tous posés cette question : d’où vient la nourriture qui se trouve dans mon assiette ? Notre petit trio a mené l’enquête pour vous…

Voyage dans mon assiette

Lire la suite

Publicités

Mon assiette au scanner par la classe média du Lycée Émile Dubois

Notre mission était de réaliser une grande enquête en répondant à la question: est-ce que je mange bien? et plus précisément: ce que je mange est-il bon pour ma santé?

ENQUÊTE: Comment sont préparés les repas de la cantine? Quels en sont les coûts?
​par Cindy, Naïka et Tassadit

Le mardi 10 avril 2018 à 13h nous nous sommes rendus dans le réfectoire de l’établissement Émile Dubois puis à l’intendance.
Pour avoir les réponses à nos questions, nous avons interrogé le personnel de cantine, plus particulière la cuisinière en chef (Mme Tétaud). Ensuite, nous avons rencontré l’intendante de l’établissement pour avoir les dernières réponses à nos questions.

Dans un premier temps nous parlerons de l’alimentation en général, puis de la quantité qui est prévu à cet effet, et pour finir nous parlerons de la répartition de travail entre les employés ainsi que la préparation des aliments.

En interrogeant le personnel de cuisine, nous avons appris que les aliments que nous consommons sont surgelés ou frais, cela est fonction du plat du jour. Pour ce qui est du bio, nous savons que la plupart des aliments proposés dans cette école sont bio en particulier les dessert et les entrées.
Nous avons également posé des questions au sujet des réserves de nourriture : la viande et le poisson sont pratiquement les seuls aliments gardés en réserves. En effet, les fruits ne sont pas gardés pour éviter tout risque de pourrissement. Dans les cuisines les aliments sont ne sont pas rangés dans les même réfrigérateurs ou congélateurs car chaque aliment n’a pas besoin de la même température pour être conservé.
Les réserves sont prises en fonction du nombre de personnes ayant réservé pour ce jour.

Les quantités de nourriture sont faites en fonction du nombre de professeurs et d’élèves ayant réservé un repas. Malheureusement de nombreuses personnes réservent ou annulent la réservation à la dernière minute compliquant donc la tâche du personnel de cuisine.
C’est pour cela que les quantités sont souvent variées afin de pouvoir servir tous les consommateurs.

En cuisine, le travail est réparti entre plusieurs personnes parmi lesquelles on trouve :
-Mme Tetaud : chef cuisinière qui élabore les menus.
-Sophie : 2nd en chef qui sert les professeurs et les élèves.
-Eddie : élaborateur des desserts et personne qui fait les commandes.

Pour ce qui est de la préparation des plats, certains plats sont achetés déjà faits afin de gagner du temps. Il s’agit de plats qui demandent un grand travail comme les lasagnes par exemple. Mais la plupart des plats sont faits sur place, comme les desserts, les entrées froides ou chaudes ainsi que les plats simples.

Après avoir interrogé le personnel de cantine, nous nous sommes rendus à l’intendance pour connaître le coût qui est réservé pour la consommation alimentaire.
Le prix des plats varie en fonction des revenus des parents des élèves. En effet, en début d’année, le lycée demande aux élèves de leur donner un justificatif montrant les “revenus” des parents. C’est pour cela que certains élèves payent 2,10 € et d’autres 2,90 €.
Une partie de l’argent versé par les familles et par les professeurs est reversée pour le fonds communs (achat d’urgence comme four, réfrigérateur…). L’autre partie est utilisée pour payer les consommations alimentaires.

Cette enquête nous a permis d’en apprendre beaucoup plus sur l’organisation de la restauration au sein du lycée Émile Dubois. Nous savons comment est organisé le travail de l’équipe de cantine, comment sont élaborés les repas et quel est leur coût.


​INTERVIEW DE DANIELLE MARCO, INFIRMIÈRE au LYCÉE
​par Océanne, Chayanne, Anna​

Nous avons rencontre l’infirmière dans son bureau. Elle a pu répondre a certaines de nos questions à propos des repas de la cantine.

OCA: Que pensez-vous de la qualité des repas ?
Mme Marco: Les repas sont faits sur place avec la cuisinière qui est habilitée. Les produits sont frais donc de qualité.
OCA: Participez-vous à la composition des repas ?
Mme Marco: Non, je n’y participe pas, c’est le rôle de la cuisinière.
OCA: Les repas sont ils équilibrés selon vous ?
Mme Marco : Oui. Chaque jour, on propose une entrée de crudités ou une soupe. En plat principal, les élèves ont le choix entre une viande et un poisson pour les protéines. Ils sont accompagnés soit de féculents soit de légumes. Pour finir on sert un laitage et un dessert, fruits ou pâtisserie.
OCA: Les apports nutritionnels sont ils suffisants ?
Mme Marco: Oui car les portions proposées sont adaptées à l’âge des élèves.
OCA: Les aliments sont ils bio ?
Mme Marco: Non, ils ne le sont pas. Parfois ils le sont et c’est alors indiqué sur le produit.
OCA: Que pensez-vous des élèves qui mangent ou qui ne mangent pas à la cantine ?
Mme Marco: S’ils mangent dehors et équilibré, c’est bien mais si ce n’est pas le cas, il vaudrait mieux qu’ils mangent à la cantine car les repas sont équilibrés et correspondent aux apports nécessaires. Et le rapport qualité-prix de la cantine est bon.
Merci pour le temps que vous nous avez consacré.

​FOCUS: Y a t-il un dispositif mis en place pour les élèves qui ont un régime alimentaire spécifique?
par Luis et Boye

​En théorie il n’y a pas de régime alimentaire prévu pour les P.A.I
Pour répondre à ce problème nous sommes allés voir l’infirmière qui nous a donné des renseignements sur les PAI (Projet d’Accueil Individualisé). On sait donc qu’il y a trois personnes diabétiques dans le lycée mais qu’il n’y a aucun PAI. De toute façon, les personnes diabétiques n’ont pas besoin de repas spécifiques car les repas sont déjà équilibrés et il y a toujours une alternative. Il n’y a aucun cas d’allergie alimentaire signalé. Il n’y a donc aucun budget prévu pour les PAI. Dans l’établissement il est normalement interdit de ramener la nourriture mais les élèves qui ont un PAI peuvent ramener leur repas au lycée.

PORTRAIT D’EDDIE
​par Dorina, Lucie, Niteesha

Monsieur Garnier, « Eddie », est cantinier et magasinier depuis environ une dizaine d’années au lycée Émile Dubois. Tous les jours, il commence son travail à 6h30 pour passer des commandes et retirer des livraisons. Pour en arriver là, il a effectué un stage de formation dans le domaine de la restauration qui l’a beaucoup intéressé parce qu’il faut être réactif et sur le qui-vive, mais aussi organisé dans les tâches à effectuer. Au sein de l’équipe cantinière, l’ambiance est « bon enfant » ce qui rend le travail plus agréable. L’équipe est très complémentaire, chacun se voit attribuer un rôle très précis. Tous les midis, il se trouve en bout de chaîne de service pour servir le pain et les serviettes. Il est accompagné de plusieurs cuisiniers et de Sophie qui sert les plats. Selon lui, il existe « des points négatifs dans tous les métiers », dans son cas c’est le ménage. Eddie est tellement impliqué dans son métier qu’il a plusieurs idées pour améliorer son service mais il doit en discuter avec ses supérieurs. Après la fin de son service à 15 heures, il pratique du sport et apprécie écouter de la musique. Sous ses airs sévères (il élève vite la voix), on découvre une personne agréable et bon vivante.
Diapositive1

MICRO-TROTTOIR
​par Marina, Louisette et Marie-Lohan

Nous sommes allés à la rencontre des élèves qui mangent à la cantine pour avoir leur avis sur des questions comme l’interdiction d’utiliser le téléphone portable à la cantine ou bien sur la qualité et la quantité des repas. Nous avons aussi posé des questions aux élèves ne mangeant pas à la cantine et leur avons demandé comment ils font pour manger. Nous sommes aussi allés questionner 2 professeurs (un mangeant à la cantine et l’autre non ) qui ont accepté de répondre à nos questions.

Les allergies alimentaires

Nous sommes victimes de différentes allergies dans le monde. A ce jour, le pire cas répertorié est celui du jeune Kaleb Bussenschutt.

-En Australie, le petit Kaleb Bussenschutt est allergique à tous les aliments et doit s’alimenter par un tuyau placé au niveau du ventre.
Il est donc alimenté 20 heures par jour par une machine qui lui envoie des éléments nutritifs directement dans son estomac.

Lorsque Kaleb mange de la nourriture, cela le rend gravement malade et remplit son estomac d’ulcères car son intestin est très irritable.
Il n’est pas allergique à l’eau ni à une certaine marque de limonade, ce qui lui permet de boire correctement.

C’est une maladie très rare découverte en 2009. Il n’y a pas de traitement connu à ce jour et cette maladie n’a toujours pas de nom.

(source : siteofficieldesjournalistes.com)

Voyons maintenant ce qu’est une allergie alimentaire, plus précisément.

-L’allergie alimentaire se caractérise par une hypersensibilité spécifique envers des substances étrangères à l’organisme. Une consommation répétée d’un aliment ou de ses constituants provoque une réaction antigène-anticorps. Une véritable allergie alimentaire repose donc sur des mécanismes immunologiques.


-Dans certains cas, les substances allergènes sont des additifs alimentaires.
Les additifs sont des substances ajoutées intentionnellement aux aliments pour exercer certaines fonctions technologiques spécifiques, par exemple pour colorer, sucrer ou contribuer à la conservation des aliments. Un patient peu donc être allergique à une certaine marque de pomme à cause d’additifs alimentaires présents dans cette variété.

Voyons à présent les réactions allergiques répertoriées.

-Ces réactions peuvent se traduire de plusieurs manières.
Les sujets peuvent se mettre à éternuer, à avoir le nez qui coule, à ressentir des démangeaisons sur tout le corps, des rougeurs cutanées, des plaques rouges, un mal de gorge etc.
Il y a une multitude de réactions allergiques, certaines plus graves que d’autres.
Les aliments qui causent le plus d’allergies dans le monde sont :
1- les arachides

2- le blé

3- les fruits de mer

4- les graines de sésame

5- le lait

6- les noix

7- les œufs

8- le soja

9- les sulfites

10-la moutarde

Pour ce qui est des repas à la cantine les personnes victimes d’ allergies plus ou moins handicapantes doivent s’adapter.

-Par exemple, je suis allergique à plusieurs sortes de fruits (noyau, pépin, coque). A la cantine je vais donc éviter ces produits et me concentrer sur ce que je peux manger.

Voici le témoignage d’une personne sur ses allergies : Paul , 24 ans.

-Th :Avez-vous des allergies, si oui lesquelles ?

Paul: Oui, je suis malheureusement allergique aux fruits de mer et aux petits pois.

-Th :Ces allergies vous incommodent-elles vraiment ?

Paul: non, on prend l’habitude de ne pas toucher aux aliments incriminés avec le temps. Je compense en mangeant d’autres légumes et du poisson.

-Th : Depuis combien de temps souffrez vous de ces réactions allergiques ?

Paul: Depuis ma naissance pour les deux.

-Th : Avez-vous eu des difficultés pour vous nourrir correctement à la cantine scolaire ?

Paul: Non pas vraiment, les fruits de mer ne sont jamais utilisés dans les cantines. Pour ce qui est des petits pois, quand il y en avait je n’en prenais pas, je n’avais donc pas de légumes ces jours-là.

-Th : Comment se caractérisent vos symptômes allergiques ?

Paul: J’ai des démangeaisons dans tout le corps et des vomissements.

-Th : Avez-vous déjà essayé de traiter vos allergies ?

Paul: Non je n’en ai pas ressenti le besoin.

Th : Merci pour vos réponses !

Thomas Favart, Classe médias du lycée Simone Weil

Les lycéens de Victor Hugo : vegans ou carnivores ?

Les lycéens de Victor Hugo _ vegans ou carnivores

Aujourd’hui, la viande est un sujet qui fait polémique que ce soit les vegans, l’association L214, les conséquences de l’élevage sur l’environnement…

Qu’en est-il au Lycée Victor Hugo ? A la cantine, les élèves peuvent manger de la viande tous les jours. Mais qu’est-ce qu’en pensent les lycéens ? Nous avons mené notre enquête. Nous les avons interrogé sur le sujet, voilà ce qu’il en est ressorti…

Reportage d’Elisa et Sasha, élèves de 2de du lycée Victor Hugo de Paris

 

 

 

 

l’assiette de Simone au scanner

Vous avez tous sûrement mangé à la cantine à une période de votre vie, que ce soit à la maternelle, en primaire, au collège ou au lycée. Vous vous êtes peut-être déjà demandé d’où provenaient les aliments que nous mangeons, le coût de cette nourriture, etc.

assiette 2

Voici un plateau typique au lycée Simone Weil :

Il est composé de :

-une entrée;

-un plat ;

-un dessert varié ;

-un produit laitier ;

-un pain de petite forme ;

-d’eau à volonté.

Pour en savoir plus sur cette assiette, nous avons interrogé l’intendance du lycée, sous forme d’interview. Nous avons notamment demandé sur un sujet qui nous intéresse tous : l’économie et le coût.

Élève : L’eau de la cantine est-elle gratuite ? La paye-t-on dans le prix du repas ?

Intendance : L’eau est gratuite mais 28% des recettes de la demi-pension sont reversées aux services généraux donc pas autant gratuite que ça.

Élève : Pourquoi le pain a-t-il cette forme ? Quel est le nombre limité et pourquoi ?

Intendance : C’est un pain industriel pour le coût de revient, on calcule le nombre de pain c’est

pourquoi c’est limité. (4 services, donc estimation)

Élève : D’où provient les aliments de notre plat ? Pourquoi y a-t-il plus de frites ? Est-ce moins

cher ou pour moins gâcher ? Est-ce surgelé ou frais ?

Intendance : Les aliments sont livrés par nos fournisseurs. Certains légumes sont surgelés et d’autres sont frais. Les frites sont souvent mises car elles marchent bien avec les enfants.

Élève : Pourquoi servez-vous un plat, une entrée et un dessert ? Est-ce une obligation, une tradition ?

I: C’est pour un choix plus diversifié et aussi pour un repas équilibré et complet.

E: Pourquoi y a-t-il des boursiers ?

I : La bourse n’a rien avoir avec la cantine, la bourse permet d’avoir des tarifs privilégiés qui n’ont rien avoir avec les paiements des repas. C’est le coefficient de la CAF qui joue pour le tarif de la cantine. Le fait d’être boursier permet d’avoir un tarif pour la cantine privilégié mais ne s’en sert pas pour payer la cantine.

Naranjo Nicole, Ren Estelle, Poret Pénélope, Zhang Stephane 2nde2

interview de la secrétaire de l’intendance

Mon alimentation quotidienne

On ne peut pas dire que l’on mange toujours sain, car c’est quasiment impossible ! Il nous arrive au moins une fois sur deux de craquer et d’aller manger dans les fast-food comme par exemple le macdo et surtout quand on est ado.

Mais aujourd’hui, nous sommes là pour vous présenter quelques  plats que nous mangeons au quotidien.

Ce sont les plats que nous mangeons dans notre quotidien. Ils paraissent sains avec des légumes, du riz, et de la viande ou du poisson comme par exemple l’un des plats que l’on appelle le thiep, mais en réalité ce sont des plats très gras mais nous n’y faisons pas très souvent attention à ce genre de réflexions, tant que c’est bon, c’est ce qui compte..

   

 

 

Par contre quand t’es obligé de manger à la cantine de l’école, t’es obligé de manger sain, mais ce n’est pas tout le monde qui aime la nourriture de la cantine, la nourriture de la cantine est souvent critiquée, et a aussi  la réputation d’être « dégueulasse », « répugnante» ou pas du tout bonne.  Mais il faut s’avouer qu’à la cantine on mange plutôt sain.

 

 

 

Ici nous allons vous présenter un plat qui s’appelle les bananes plantins. C’est un plat consommé dans presque toute l’Afrique centrale et du sud et aussi dans les Iles. C’est un peu comme des frites, mais sucrées. C’est un accompagnement qui se mange avec beaucoup de plats.

 

 

 

 

Awa, Noemie et Jennifer pour le Lycée Roger Verlomme

 

 

Nourriture équilibrée mais pas trop

La photo a été prise dans un fast-food.
Pourquoi est- elle équilibrée d’après nous ?
Nous pouvons voir que l’assiette est est composée de : frites, viande hachée, blé, riz et de la salade avec de la tomate.
Il y a beaucoup de bienfaits dans ce repas mais le problème reste les frites car elles sont grasses et mauvaises pour la santé si elles sont consommées en abondance.
Nous pourrions nous passer de ce repas mais une fois de temps en temps ça ne fait pas de mal si c’est pour notre plaisir personnel.
Quelle est la fréquence idéale pour manger un kebab ?
La variété est la clé d’une bonne alimentation. Il vaut donc mieux éviter d’en manger trop. En l’absence de problème de santé spécifique, deux à trois par mois semble passable, mais cela doit rester un repas d’exception. Qui plus est, avec une surconsommation, le plaisir diminue… Et manger sans plaisir n’est pas favorable non plus à une bonne santé !

Photo de Luna

Karim, Meriem et Luna – Lycée Roger Verlomme