Nourriture équilibrée mais pas trop

La photo a été prise dans un fast-food.
Pourquoi est- elle équilibrée d’après nous ?
Nous pouvons voir que l’assiette est est composée de : frites, viande hachée, blé, riz et de la salade avec de la tomate.
Il y a beaucoup de bienfaits dans ce repas mais le problème reste les frites car elles sont grasses et mauvaises pour la santé si elles sont consommées en abondance.
Nous pourrions nous passer de ce repas mais une fois de temps en temps ça ne fait pas de mal si c’est pour notre plaisir personnel.
Quelle est la fréquence idéale pour manger un kebab ?
La variété est la clé d’une bonne alimentation. Il vaut donc mieux éviter d’en manger trop. En l’absence de problème de santé spécifique, deux à trois par mois semble passable, mais cela doit rester un repas d’exception. Qui plus est, avec une surconsommation, le plaisir diminue… Et manger sans plaisir n’est pas favorable non plus à une bonne santé !

Photo de Luna

Karim, Meriem et Luna – Lycée Roger Verlomme

 

Publicités

En direct du Ramadan !

 

Le ramadan vient de la religion musulmane. Le ramadan c’est un jeûne qui dure tout un mois le jeûne s’effectue du lever au coucher du soleil et se décale toutes les années de 13 jours.
Nous déterminons le ramadan chaque année en fonction de la lune
Les premiers jours sont assez compliqués car nous devons prendre l’habitude mais nous mangeons beaucoup le soir. Souvent durant la journée nous avons souvent soif car cela tombe durant l’été et les températures sont plutôt chaudes

Nous mangeons régulièrement des plats traditionnels comme la chorba, les dattes selon nos envies et nous consommons nos plats préférés comme les pizzas, les gratins mais aussi des pâtes.
Malgré tout il y a une bonne ambiance et on s’y habitue très vite. Mais il y a certaines exceptions : les diabétiques les personnes âgées et les malades ne jeûnent pas.

A la fin du ramadan il y a une fête qui s’appelle l’Aïd c’est une petite fête, pas celle du mouton, mais nous nous réunissons avec les personnes de notre famille et nous mangeons ensemble pour fêter la fin du ramadan. Le plus souvent les plus petits ont des cadeaux.

Luna , Meriem et Karim

Dis-moi comment tu manges et je te dirai comment courir

                     L’alimentation des sportifs            

             Nous avons interrogé un athlète de mon club d’athlétisme. Il fait partie de la catégorie Junior (1999 et 2000). Il pratique ce sport depuis 2013 avec la section sportive de son Collège, qui est associée avec le Ca Montreuil 93.

Il pratique le 400m, la plus longue distance de sprint dans l’athlétisme. 

 Son ancien établissement était le collège Flora Tristan dans le 20eme Arr. de Paris dans le quartier Saint-Blaise. Syaka a arrêté l’athlétisme une année.

Il y a quelque mois Syaka (puisque c’est son nom)pesait 93kg pour 1m86. Nous l’avons interrogé afin de savoir comment il s’était arrangé pour perdre 16kg en 3mois.

A&O: Bonjour, Syaka comment vas-tu ?

S: Bien et vous ?

A&O: Egalement. Nous allons passer aux questions maintenant. Combien de fois manges-tu pas jour, et quand ?

Syaka : 3 fois par jour, matin midi et soir

A&O: De quoi t’alimentes- tu pour ces trois repas ?

Syaka : Le matin je mange des flocons d’avoine sans sucre. A midi je me nourris de brocolis avec deux morceaux de blancs de poulet. Et le soir je mange du riz avec de nouveau deux morceaux de blancs de poulet.

A&O: En plus de ce régime assez sévère quel effort physique as-tu fourni ?

Syaka : J’ai fait beaucoup d’effort physique avec mon coach sportif , je pratiquais l’aérobie sur des 10x200m au stade non loin de chez moi, et je m’étirais les muscles après ces séances; en salle de sport, je faisais des exercices pour travailler le haut du corps et les jambes.

A&O: Aujourd’hui es-tu content de ta métamorphose ?

Syaka : Oui je suis content, car j’ai beaucoup travaillé pour en arriver là, et je suis fier de mon parcours, je suis devenu plus endurant et j’ai dorénavant les qualités pour pratiquer le 400m.

A&O: Quels conseils pourrais-tu donner à de jeunes sportifs en surpoids ?

Syaka : je conseille à ces jeunes sportifs de ne jamais baisser les bras, de continuer à croire en leurs rêves et ne pas écouter les mauvais conseils des autres.

A&O : Merci beaucoup d’avoir eu la gentillesse de répondre à nos questions Syaka

bon entrainement !

Aurélien Koffi, Ousmane Bamba, Classe Médias du Lycée Simone Weil

 

 

Alimentations : réponses du spécialiste

Votre alimentation en quelques questions

Un  spécialiste de l’alimentation était là : notre professeur de SVT ! Il a bien voulu répondre à nos questions portant sur les équilibres alimentaires, le bio, le nombre des repas… Où l’on apprend entre autres qu’il n’est pas bon pour les lycéen-n-es en pleine croissance que nous sommes, de sauter un repas.

cf , ci dessus, le lien vers notre Power point

Lola Taieb, Garance Rigolet, Classe médias du lycée Simone Weil

Plat équilibré…ou pas ?

 

5646

Considérez-vous que ce que vous mangez à la cantine est équilibré ?

 

 

Voici un plat qui a été servi à la cantine du lycée Beaugrenelle.

 

IMG_8444

Ce plat est composé :

-une entrée : salade, tomates, maïs, concombres et olives noires.

-un plat : poulet et frites

-un dessert varié : fraises à la chantilly

-un pain de petite forme

-de l’eau à volonté.

Au cours d’une enquête au lycée Roger Verlomme, nous avons intérrogé plusieurs élèves pour déterminer si les plats qu’on leur a présenté sont équilibrés. Voici ce qui en est ressorti :

Apprenti journaliste : Que pensez- vous de ce plat ?

Marie Alicia : C’est un plat qui sort de l’ordinaire pour la cantine.

Apprenti journaliste : Pour vous ça a l’air appétissant ?

Jean Clarens : Pas vraiment…

Apprenti journaliste : Pensez-vous que c’est un plat équilibré ?

Marie Alicia : L’entrée oui, le plat aussi car des frites ce sont des pommes de terre découpées en bâtonnets mais elles ont baigné dans l’huile.

Apprenti journaliste : Que pensez-vous du poulet à la sauce aux champignons ?

Jean Clarens : Le poulet n’avait pas de saveur, il était pauvre en sel et très sec.

La sauce n’était pas très bonne.

Apprenti journaliste : Et votre dessert ?

Marie Alicia : Les fraises étaient fraîches.

Apprenti journaliste: Avez-vous trouvé votre plat équilibré ?

Jean Clarens : Equilibré oui mais pas bon…

Après analyse du plat, nous avons remarqué que l’entrée était un plat équilibré car elle est composée d’oeufs et de maïs qui contiennent des protéines, le plat principal n’est pas vraiment équilibré car les frites contiennent des glucides, de l’amidon, sels minéraux, fibres régulatrices du transit, du potassium et des vitamines B et C. Elles sont riches en graisse et absorbe 10% de leur poids en huile de friture. Les fruits sont bons pour la santé, les fraises sont riches en vitamines C.

Nous pouvons donc conclure que l’entrée et le dessert sont des plats équilibrés mais le plat principal ne l’est pas vraiment.

Jean Clarens, Sheryl, Juliette, Marie- Alicia

Portrait d’une cuisinière – l’hygiène alimentaire en milieu scolaire

Comme bon nombre de personnes, vous vous êtes sûrement déjà posé un jour la question de l’hygiène dans n’importe quelle restauration. Mais avez-vous vraiment eu les réponses à vos questions? Sinon nous espérons que notre petite enquête vous éclaircira.
Pour ce sujet, nous allons nous intéresser particulièrement aux cantines scolaires et oui; Mais qu’en est-il de l’hygiène dans les cantines ? Sachant que la plupart des étudiants mangent quotidiennement en ces lieux avec près d’un milliard de repas servis chaque année.

Tout d’abord rappelons précisément ce qu’est l’hygiène alimentaire. Eh bien c’est tout simplement la réglementation qui définit les “mesures et les conditions nécessaires pour maîtriser les dangers et garantir le caractère propre à la consommation humaine d’une denrée alimentaire compte tenu de son utilisation prévue.” (extrait du Règlement CE n° 852/2004, article 2 – Définitions)

Enfin cela n’est pas si simple finalement car dans beaucoup de cas cette hygiène peut ne pas être respectée. La restauration scolaire doit veiller à respecter et à faire respecter des normes et des règles strictes ( propreté, cuisine, équipements, transport des aliments… ) afin de garantir aux consommateurs finaux, les demi-pensionnaires, une sécurité maximale et l’absence de risque pour la santé. Donc comme vous vous en doutez, si une cantine est infestée d’insectes comme les cafards, ou de rongeurs tels que des rats ou si le personnel en cuisine n’a pas une bonne hygiène personnelle, par exemple s’il ne lave pas les mains ( eh oui il est important de se laver les mains!), des intoxications alimentaires peuvent survenir.

Ainsi pour éviter de nuire à la santé des élèves, les cantines scolaires font l’objet d’un contrôle et d’une surveillance régulière par les services vétérinaires du Ministère de l’agriculture et de la pêche qui ont même été renforcés par la loi de modernisation de l’Agriculture de juillet 2010.
Ces inspections s’effectuent à l’improviste en présence du chef de cuisine et du responsable de l’établissement pour s’assurer que tout est mis en oeuvre pour garantir la salubrité des repas et à l’issue de chaque visite, un rapport d’inspection est adressé au responsable de l’établissement.
Dans les cas d’infraction, la fermeture immédiate de ces cantines peut même être imposée comme ce fut le cas de la cuisine du Lycée Turgot (dans le 3ème arrondissement de Paris) qui a été fermée pour insalubrité il y a quelque mois.

Pour une recherche plus approfondie sur le sujet nous nous sommes rendus sur le terrain, à savoir dans la cantine du lycée Simone Weil ( dans le quartier parisien du Marais ) afin de questionner une cuisinière qui a gentiment répondu à toutes nos questions.

Mindie Charlotte est une cuisinière âgée de soixante et un ans qui exerce ce métier depuis treize ans maintenant, après des années de formations et de concours. Depuis toujours passionnée par ce métier, cette cuisinière le décrit comme étant aussi difficile que peut l’être n’importe quel autre et plaisante au sujet de son salaire qui aurait pu être plus élevé. Elle travaille neuf heures par jour avec des horaires relativement matinaux puisqu’elle commence son travail très tôt le matin, à partir de six heures et demie. Elle prépare tous les plats du lycée Simone Weil, ce qui lui prend plusieurs heures et nous dévoile son repas idéal qui est un plat élaboré!

Interview audio:

Les points pertinents abordés dans l’interview:

Les équipements requises pour le personnel en cuisine:
Une blouse de couleur claire (généralement blanche)
Des chaussures antidérapantes
Une charlotte (oui Charlotte doit porter la charlotte….!)
Des gants
Un masque bucco-nasale (en cas d’infection)

Le sort des aliments pris par les élèves mais non consommés:
Une fois sur un plateau repas, bien que les aliments restent tout à fait comestibles, que des produits n’ont même pas été touchés et ouverts, les aliments sont jetés. En effet il est interdit de conserver les denrées alimentaires déjà pris par les élèves même s’ils n’ont pas été consommés. Malheureusement cela provoque un très gros gaspillage alimentaire c’est pourquoi ne prenez pas les aliments que vous n’avez pas l’intention de manger!

La nécessarité des prélèvements:
Les prélèvements sont des plats témoins qui vont être envoyés au service de vétérinaires pour les analyser. Les prélèvements se font tous les jours puisque chaque plat a l’obligation d’avoir un plat témoin.

La conservation des aliments:
Les aliments doivent être conservés dans des conditions adaptées afin d’éviter toute détérioration ou contamination les rendant impropres à la consommation. Ils respectent la chaîne du froid qui ne doit jamais être rompue, et sont conservés au réfrégérateur ou au congélateur.

L’état de la cuisine de Simone Weil:
“Très propre, irréprochable!” a repondu fièrement la cuisinière, évidemment puisque la cuisine est très bien entretenue par Mindie Charlotte et sa collègue qui nettoient, balayent et désinfectent chaque recoin de la cuisine à tout moment. (donc ni cafards ni rats )

Donc n’ayez craintes les élèves de Simone Weil ! Puisque nous pouvons constater que les règles d’hygiène sont très bien respectées dans votre cantine.

Almas Khalid et Angèle Xu

« Mon assiette au scanner »

Capture d_écran 2018-04-08 à 23.39.51Chers élèves,

Voilà déjà sept mois que nous avons débuté nos expériences. A travers ce blog-éprouvette, nous avons observé à la loupe la fabrique de l’information scientifique. Nous avons vu qu’une information est d’autant plus fiable qu’elle s’appuie sur des sources vérifiées et variées.

Mais nous avons vu aussi que l’information peut être victime de grandes manipulations comme les théories du complot ou de pollution engendrée par les trolls et le détournement d’images se répandant de manière virale, au profit de groupes de pression ou d’internautes aux plaisanteries malveillantes.

Il est maintenant temps de raccrocher vos blouses d’apprenti et d’embarquer avec vous calepins, stylos et magnétos pour vous mettre dans la peau de véritables journalistes !

Nous vous proposons d’aller enquêter sur le terrain et d’apprendre à produire vous-mêmes l’information, de mettre en pratique tout ce que nous avons vu précédemment.

Votre mission : réaliser ensemble une grande enquête, en partant de votre quotidien. Et répondre à cette question: Est-ce que je mange bien ?
Plus précisément : Ce que je mange est-il bon pour ma santé ?

Pour démarrer cette enquête, penchez vous sur votre assiette: prenez-là en photo. Cela peut être à la cantine, ou chez vous, ou bien une photo de vos pauses goûter dans la cour. Cette photo sera publiée sur le blog. Elle sera le point de départ de votre travail.

Vous pouvez vous mettre en groupe de 2 à 5 personnes (une photo par groupe).

Etape 1 : Préciser l’angle

Il faut maintenant préciser votre angle. Nous avons vu que cette grande question (est-ce que je mange bien), comprend de nombreuses petites questions. Vous pouvez vous intéressez aux bienfaits d’un aliment de votre assiette (la viande, le sucre …), à la façon dont le plat a été préparé (hygiène, chaîne du froid…), aux besoins spécifiques de chacun (quelle alimentation est recommandée pour un sportif ? Une personne diabétique ?…). A l’importance du plaisir dans l’alimentation, à ce que dit la loi… Lors de notre dernière rencontre en classe, nous avons abordé avec vous de nombreuses pistes.

Etape 2 : Choisir la forme

En plus de choisir le sujet qui vous intéresse le plus, il faut choisir la façon dont vous allez le présenter, l’un des genres journalistiques vus en classe :

    • Le portrait
    • L’interview
    • Le reportage
    • Le micro-trottoir (avec des élèves majeurs, ou de la classe)
    • L’éclairage

N’oubliez pas que nous sommes une publication multimédia : vous pouvez utiliser l’écrit, la photo le dessin, la vidéo, l’audio…L’éclairage peut se traiter sous forme d’infographie ou d’un texte en trois points clés. Profitez de la liberté qu’offre le web !

Etape 3 : Enquêter. Chercher des sources

Vous avez votre sujet, vous savez sous quelle forme vous allez le présenter, il ne reste plus qu’à vous lancer. Autour de vous, de nombreuses personnes peuvent vous apporter des informations (cuisinier/ infirmière /prof de sport / prof de bio, élève sportif, élèves qui a une maladie, connaissances dans votre entourage personnel…)

Vos sources peuvent aussi venir de recherches documentaires (sur internet, d’un livre, des journaux…).

Citez vos sources dans votre rendu. Contextualisez leurs propos en mentionnant leur nom, profession ou statut. Allez chercher des points de vue différents !

Et n’oubliez pas : en tant que journaliste, vous êtes libres, vous avez la chance de pouvoir publier vos recherches sur ce blog, mais vous avez aussi un devoir d’honnêteté ! Attention donc à la diffamation ou aux opinions infondées !

Nous avons hâte de vous lire !

A très bientôt,