Le théorème de Mister Complot

alien-1502038_960_720

Vous en avez peut-être entendu parlé dans les médias et autour du vous. Quand un événement hors du commun se produit (attentats, exploits, catastrophes…), tout le monde se pose des questions. Ce qui est tout à fait normal et plutôt salutaire.
Mais on voit aussi apparaître -souvent sur les réseaux sociaux- des “théories” qui remettent en cause radicalement l’explication officielle, dont on peut se méfier. On parle de “théories du complot”. Certaines sont très répandues, notamment dans le domaine scientifique.

Selon un sondage diffusé dans Science&Vie en août 2016:

  • 22% des Français pensent que “les traînées blanches des avions cachent des opérations d’épandage de produits chimiques”
  • 17% des Français pensent que “le réchauffement climatique est une pure invention”
  • 6,5% des Français pensent que « l’homme n’a jamais marché sur la Lune”

Ces théories du complot sont souvent construites de la même manière.
Cette vidéo nous explique bien leur fonctionnement et pourquoi nous avons envie d’y croire.

 

En résumé, voici quelques principes de ce qu’on pourrait appeler “le théorème de Mister Complot”.

1. La vérité officielle est fausse : il existe une vérité cachée (“les attentats du 11 septembre 2001 n’ont pas été organisés par des terroristes, mais par le gouvernement américain”)
2. Des groupes secrets agissent dans l’ombre (les services secrets, les juifs, les Illuminati, les médias, les reptiliens…)
3. Une importance démesurée est accordée à des détails “troublants” présentés comme des preuves (ex: “le président américain a tardé à réagir aux attentats du 11 septembre, cela veut dire qu’il était au courant”). Il n’y a pas de hasard, tout s’explique dans le sens souhaité. Les faits peuvent aussi être détournés (exemple : un footballeur marque 6 buts le 6 juin 2006. “Tiens, tiens, 666 c’est le chiffre du diable…”)
4. Absence de source fiable. Le complotiste nous submerge par une multitude d’arguments ou de chiffres, mais ne cite pas clairement ses sources.
5. Mister Complot n’apporte pas de véritable preuve du complot. Il demande au contraire des preuves que le complot n’existe pas. Il inverse la charge de la preuve. (Exemple: “Prouve-nous qu’Obama n’est pas un reptilien”)


En général, le ton est alarmiste. Les vidéos utilisent des musiques sensationnalistes. Ces théories sont aussi séduisantes car elles redonnent “une logique” à des événements parfois difficiles à comprendre et car elles nous donnent l’impression de faire partie de rares élus à accéder à une vérité cachée.

NOTRE CONSIGNE: 

Vous-mêmes, avez-vous déjà entendu parlé de théories du complot?
Vous pouvez éventuellement en débattre avec vos professeurs et tenter de démonter ces théories en y repérant les principes du théorème de Mister Complot.

Ensuite, pour bien saisir le fonctionnement de ces théories et ne pas se faire manipuler, nous vous proposons une deuxième expérience: imaginez une théorie du complot sur un thème scientifique. Votre contribution peut prendre la forme que vous souhaitez, un texte d’une quinzaine de lignes, ou autre. 

Nous attendons vos réponses autour du 15 janvier.

Pour vous inspirer, voici des exemples de théories créées de toutes pièces par des élèves de collèges et de lycées.

Et quelques ressources pour aller plus loin:

 

Publicités

Les sources à la loupe

Les sources à la loupev3

Bonjour à tous,

Vous vous êtes sûrement déjà demandé en tombant sur un article ou sur une vidéo si l’information diffusée était « véridique » ou « vraiment vraie ». Sur internet, nous avons accès à un nombre incalculable de contenus et il est parfois difficile de démêler le vrai du faux. Nous mêmes sommes tous les jours confrontées à ce problème. Comment s’y retrouver ?

Il n’y a pas de règle mathématique pour démasquer les informations tronquées ou mensongères. Mais quelques réflexes simples peuvent nous aider à nous repérer dans le world wide web (www).

Nous vous proposons une première expérience pour muscler notre sens critique. Voici des liens que nous avons glanés sur internet. A vous de nous dire ceux qui vous semblent fiables et pourquoi.

Dans un premier temps, consultez-les et dites à vos professeurs ce que vous en pensez. Puis, examinez-les attentivement en vous posant les questions suivantes.

LE MEDIA Sur quel média ai-je trouvé l’information ? Pour en savoir plus, je peux consulter la rubrique « A propos ».

Est-ce un site d’information/ le site d’une entreprise commerciale ou d’une institution publique/ un site satirique/ un blog personnel ?

Le site est il souvent actualisé ? Vérifier si les mises à jour sont récentes et les liens actifs.

Ce média me semble-t-il sérieux ?

L’AUTEUR Qui est l’auteur ?

Signe-t-il de son vrai nom ?

Peut-on le joindre facilement ?

Dans quel but diffuse-t-il l’information (informer, vendre, influencer…) ?

LE CONTENU L’information publiée est-elle récente ?

Le niveau de langage est-il familier, soutenu, émotionnel ? Y-a-t-il des fautes d’orthographe ? Si c’est le cas, c’est mauvais signe.

L’auteur cite-t-il clairement ses sources ?

Cite-t-il plusieurs sources ? Des points de vue différents ou contradictoires ?

Ces sources vous paraissent-elles fiables ?

A l’issue de cette analyse, nous vous invitons à livrer le compte-rendu de votre expérience sous la forme de votre choix (article d’analyse, schéma, vidéo…). Vous pourrez notamment nous raconter ce qui vous a interpellé, quels enseignements vous en tirez et nous donner votre classement de ces différents liens selon leur degré de fiabilité.

A vous de jouer les détectives de l’info! Et si vous voulez prolonger l’expérience, vous pouvez aussi nous décrypter d’autres infos ou intox scientifiques qui vous ont intéressés.

Nous attendons vos réponses autour du 15 novembre.